Réagir (1)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

samedi 19 juin 2021 (heure non définie)

Les Soulèvements de la Terre - La Tête dans le Sable

Texte et signataire de l'appel national

Programme de la saison 1

https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/sai…

Dans la commune de Saint Colomban, à 30 kilomètres au sud de Nantes, L'association "La tête dans le sable" s'oppose au projet d'extension de carrières de sable et à l'intensification du maraîchage industriel. Sur Saint Colomban, deux sablières sont en activité : Lafarge sur 49 hectares (350 000 tonnes/an) et GSM sur 65 hectares (400 000 tonnes/an). Elles arrivent en fin d'activité et souhaitent s'agrandir sur au moins 30ha dès 2022.

Depuis l'abandon de l'aéroport de Notre Dame des Landes au nord de Nantes, industriels en tout genre cherchent de nouveau espaces pour déployer leurs projet destructeurs, et c'est au sud de la métropole ligérienne qu'ils semblent vouloir concentrer leurs activités nocives. À Montbert, c'est une méga plateforme Amazon qu'ils veulent construire sur près de 180 hectares. Plus au sud, à Corcoué, c'est un des plus gros méthanisateur d'Europe qu'ils veulent implanter. Et entre les deux, à Saint Colomban, les sablières Lafarge et GSM exploitent des carrières de sable depuis 20 ans, 10 millions de tonnes de sable ont été extraits sur 115ha. Ces carrières arrivent au bout des possibilités d'extraction sur les parcelles qu'elles occupent et cherchent à s'agrandir en rachetant et louant des dizaines d'hectares de terres d'élevage placées sur le gisement de sable qu'ils veulent exploiter. Pourtant la réglementation est claire, le Plan local d'urbanisme (PLU) comme le Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) stipulent qu'aucun agrandissement des sablière ne peut être envisagé avant près de 10 ans dans le cadre de la préservation des terres agricoles. Terres d'ailleurs, dont la menace ne se limite pas à l'extraction de sable puisque chaque sablière amène avec elle l'appétit vorace du maraîchage industriel qui détruit le bocage et le remplace par des mers de plastique. Sur la commune de Saint Colomban, il y a déjà 400 hectares de serres maraîchères et ce chiffre gradit chaque année. Les conséquences sont lourdes à la fois pour le bocage historiquement entretenu par les paysans et défiguré par l'industrie du béton et du maraîchage et aussi pour la qualité agronomique de ces terres qui s'assèchent un peu plus chaque année à mesure que carriers et maraîchers vident l'eau des nappes phréatiques pour les besoins de leurs exploitations.

Depuis Août 2020, un collectifs d'habitants de Saint Colomban a créé l'association « La Tête dans le Sable » pour lutter contre l'extension des sablières et l'implantation du maraîchage industriel. Paysans, riverains ont engagé une bataille avec les industriels et les pouvoirs publique. Bataille qui pour eux va se jouer dans les prochains mois pour faire barrage au contournement programmé des règles locales en vigueur et par effet de conséquence à l'extension rapide des 2 sites concernés. Supporter la présence dans son village d'une industrie (Lafarge) qui n'a cessé de se faire remarquer pour ses liens successifs avec le régime de Vichy pendant la seconde guerre et plus récemment avec Daech en Syrie et Trump aux États Unis, est déjà bien assez lourd pour tolérer que cette industrie ne s'étale encore plus et continue de dévorer des terres agricoles.

C'est maintenant qu'il faut agir, maintenant qu'il faut mettre un coup d'arrêt.

Un camp de rencontres et d'actions le 19, 20 et 21 juin 2021

Dans le cadre des Soulèvements de la Terre, nous vous invitons à venir nous rejoindre pendant trois jours sur les terres agricoles de Saint Colomban pour lutter contre l'extension des sablières Lafarge et GSM et pour se retrouver, discuter, partager nos expériences de luttes, faire nombre et réfléchir ensemble à l'avenir qu'on veut construire face aux logiques industrielles et politiques qui précipitent notre planète vers un bien funeste destin. Au programme, manifestations, actions de blocage, conférences, ateliers de discussions, stand, cantines et concert pour trouver la force de se dresser contre les géants de l'industrie du béton et de l'agrobusiness et contrer leur extension.

Le programme va se préciser avant le mois de juin, mais dès à présent réservez votre week-end du 19, 20, 21 juin !

Entre la fin du monde et la fin de leur monde, il n'y a pas d'alternative !